AlterIAS logo
PDF Imprimer

informations complementaires

 

Connaissez l'identité des plantes que vous achetez!

Les plantes invasives ont plusieurs nomns et/ou synonymes. Il est très important de bien connaître l'identité des plantes que vous achetez et/ou plantez afin de savoir si elles font partie de la liste des plantes invasives en Belgique.

 

Téléchargez la liste des principaux noms et synonymes des plantes invasives

 

Recommandations en matière de plantation

Certaines espèces deviennent invasives dans certains milieux naturels ou dans des conditions spécifiques, y compris parfois dans les parcs et jardins. Utilisez-les avec prudence et évitez de les planter à proximité des habitats vulnérables où elles pourraient se répandre. Des plantes alternatives peuvent être proposées à la place de ces espèces.

Par exemple, le rosier rugueux (Rosa rugosa) est une espèce très invasive dans les dunes littorales. Il est donc recommandé d'éviter de planter cette espèce le long de la côte.

Tableau des habitats sensibles pour certaines plantes invasives

Cartes des habitats sensibles pour certaines plantes invasives

 

Gérez vos déchets verts de manière responsable

Les dépôts de déchets de jardin et les déchets verts en général (plantes terrestres ou aquatiques) sont un vecteur bien connu de dispersion des plantes invasives. Ces déchets peuvent contenir des fragments de plantes invasives (graines, fragments de tiges, de racines ou de rhizomes) capables de régénérer des populations s'ils sont jetés dans la nature. Les déchets verts (y compris le compost mal décomposé) ne doivent jamais être jetés dans la nature, dans la campagne, dans la rivière ou dans les terrains vagues. De même, les déchets de plantes aquatiques ne doivent jamais être évacués directement dans les cours d'eau. Les dépôts sauvages de déchets verts sont illégaux et sont considérés comme des infractions environnementales passibles d'amendes. Les déchets de plantes doivent être gérés selon les prescriptions recommandées dans la législation (évacuation vers les sites de collecte autorisés, compostage, etc.).

garden_waste2_web  garden_waste_web

 Exemple de dépôts sauvages de déchets verts (photos: M. Halford)

 

Comment empêcher une plante invasive de s’échapper de mon jardin ?

Si il y a une plante invasive que vous appréciez dans votre jardin pour ses fonctions ornementales et que vous souhaitez la garder en place, il existe quelques gestes simples pour éviter qu’elle ne s’échappe. Vous pourrez ainsi diminuer les risques qu’elle ne colonise les milieux naturels avoisinants. Par exemple :

- Couper les fleurs après floraison, mais avant fructification pour éviter que les graines ne se disséminent.

- Poser une barrière anti-rhizome pour les espèces rhizomateuses afin de limiter une expansion latérale trop excessive (liste des plantes invasives rhizomateuses : Aster lanceolatus, Aster novi-belgii, Aster x salignus, Cyperus eragrostis, Fallopia japonica, Fallopia sachalinensis, Fallopia x bohemica, Helianthus tuberosus, Lupinus polyphyllus, Persicaria polystachya, Rosa rugosa, Rudbeckia laciniata, Solidago canadensis, Solidago gigantea, Spiraea alba , Spiraea douglasii, Spiraea x billardii).

 

Les plantes alternatives

Une plante alternative est une espèce non invasive qui peut être substituée à une plante invasive, c'est-à-dire une plante avec des propriétés ornementales ou fonctionnelles similaires, mais ne présentant aucun risque pour la biodiversité. Les catalogues horticoles sont remplis de plantes répondant à ces critères et qui feront merveille dans votre jardin. Une brochure et un folder avec une sélection de plantes alternatives sont maintenant disponibles. N'hésitez pas à demander conseil aux horticulteurs impliqués dans le code de conduite.

     La brochure sur les plantes invasives et les alternatives
(version FR)

 Le folder sur les plantes invasives aquatiques et les alternatives 
(version FR)

brochure_alternatives_web

aquatic_folder_web