Vue détaillée

© E. Delbart
© E. Delbart
© E. Delbart
© E. Delbart

Site envahi

© E. Delbart
Print page

Crassula helmsii

Identité

Nom commun: Crassule des étangs
Synonymes: Crassula recurva, Tillaea recurva, Tillaea helmsii
Origine: Australie
Type de plante: Herbacée
Cycle de vie: Vivace
Code de conduite: Annexe I (liste de consensus)
Statut invasif (protocole ISEIA): Liste noire
Principale fonction ornementale: Plantes pour les plans d'eau

Description

Plante grasse, stolonifère, amphibie, vivace, de 8 à 60 cm de long. Elle forme des matelas denses qui soit flottent à la surface de l'eau soit se fixent dans sol au fond des plans d'eau. Les populations peuvent également s'étendre sur les berges. La forme terrestre possède des tiges rampantes ou érigées avec des feuilles aériennes vert jaunâtre. Feuilles simples, alternes, linéaires à ovales. Tiges vert rougeâtre. La forme submergée pousse à partir d'une rosette basale, bien enracinée à la base, avec de longues tiges feuillées qui atteignent la surface de l'eau.

Dispersion

Grande capacité de dispersion. La plante se multiplie de manière végétative par les stolons et par fragments de tige (contenant un noeud). Forte capacité de croissance. De petits fragments de tige (inférieurs à 5 mm) peuvent régénérer un individu. Les fragments peuvent être transportés par l'eau lors de crue, par les animaux (oiseaux d'eau) ou encore par l'homme (curage et transport des boues). La reproduction sexuée n'est pas connue en Europe.

Habitat

La crassule des étangs peut pousser dans une large gamme d'habitats aquatiques : bras-morts, plans d'eau, marais, tourbières. Elle préfère les eaux stagnantes et eutrophes. Elle ne semble pas s'établir dans les eaux à fort courant. Elle tolère aussi bien les eaux acides ou basiques, ainsi que des températures variant de -6 °C à 30° C. Elle résiste au gel et ne meurt pas en hiver.

Impact

Espèce classée A1 en Belgique. Considérée comme un envahisseur très agressif en Europe. Elle est incluse dans la liste noire d'autres pays comme la France, les Pays-Bas, le Royaume-Uni. Elle peut fortement dégrader les habitats aquatiques. Son impact sur le fonctionnement des écosystèmes est élevé. Elle forme des tapis denses qui couvrent les plans d'eau. Son développement réduit la pénétration de la lumière, freine l'écoulement des eaux et peut progressivement asphyxier le milieu aquatique, affectant à la fois la flore et la faune. L'envahissement par la crassule peut également affecter les activités de loisirs nautiques. Au Royaume-Uni, les coûts de gestion de cette espèce sont chiffrés entre 2.5 et 3.5 millions d'euros. Pour plus d'informations sur cette espèce, cliquer ici

Recommandation

Ne pas acheter ni planter cette espèce.

Alternative indigène possible

Principale fonction ornementale

Plantes pour les plans d'eau

[ Retour ]