Vue détaillée

© M. Halford
© Piqueray
© Piqueray
© M. Halford
© S. Vanderhoeven
© M. Halford

Site envahi

Print page

Cotoneaster horizontalis

Identité

Nom commun: Cotonéaster horizontal
Origine: Asie
Type de plante: Arbuste • Plante grimpante
Cycle de vie: Vivace
Code de conduite: Annexe II
Statut invasif (protocole ISEIA): Liste noire
Principale fonction ornementale: Couvre-sols • Arbustes d'ornement, haies

Description

Sous-arbrisseau généralement haut de 50 cm, mais des individus de plus d'un mètre peuvent être observés. Tiges stolonifères (tiges rampantes). Fleurs solitaires ou groupées par 2, de couleur roses. Floraison en mai-juin. Les fruits sont des baies rouges vifs. Fructification en septembre-octobre. Utilisé comme couvre-sol.

Dispersion

Le cotonéaster horizontal se reproduit par graines et de manière végétative par tiges rampantes et rejets de souche. Il produit un grand nombre de fruits consommés par les oiseaux (grives et merles), qui dispersent les graines sur de longues distances. Des fruits ont été observés sur des individus âgés de 3 ans. Le taux de germination peut atteindre 30 %. Forte aptitude à l'expansion latérale par les stolons, qui s'enracinent et génèrent des rejets verticaux. Il peut couvrir des surfaces de plusieurs mètres carrés. Les racines pénètrent profondément dans la roche. Autrefois fréquemment planté dans les parcs et jardins.

Habitat

L'espèce envahit les pelouses calcaires, les milieux rocheux, les carrières, les dunes. Préférence pour les milieux secs. Egalement présent dans les murs, les bords de voies ferrées et les carrières de sables. Fréquemment planté dans les parcs et jardins.

Impact

Espèce classée A2 en Belgique. Le cotonéaster horizontal colonise des habitats de grand intérêt écologique comme les pelouses calcaires et les dunes littorales. Etant donné ses fortes capacités de dispersion, il peut rapidement s'étendre et avoir un impact négatif sur la flore indigène. En pelouses calcaires, le développement du cotonéaster horizontal modifie la composition botanique et la diversité des communautés végétales. Les fleurs sont butinées par les insectes, ce qui soulève le problème du détournement des pollinisateurs vis-à-vis de la flore native. L'espèce est mentionnée comme invasive en France, Allemagne et aux Royaumes-Unis. En Belgique, elle envahit les carrières et les pelouses calcaires. Egalement présent dans les dunes en Flandre. D'autres espèces de cotonéaster sont potentiellement invasifs, comme Cotoneaster damneri, C. dielsianus et C. integrifolius. Pour plus d'informations sur cette espèce, cliquer ici

Recommandation

(1) Eviter de planter cette espèce à proximité des milieux secs ou rocheux (pentes rocheuses, pelouses calcaires, anciennes, carrières, pelouses sur sable, dunes), surtout aux environs des zones protégés (réserves naturelles, sites Natura 2000, etc.) ; (2) couper - tailler les fleurs en fin de floraison et avant la fructification pour éviter la dissémination des graines.

Alternatives indigènes possibles

Principale fonction ornementale

Couvre-sols
Arbustes d'ornement, haies

[ Retour ]