AlterIAS logo
PDF Imprimer

Des solutions existent...

Il existe deux grandes stratégies pour lutter contre les plantes invasives : la prévention et la gestion. La prévention consiste à éviter les nouvelles introductions ainsi que les introductions secondaires (plantations, dépôts de déchets verts, etc.), alors que la gestion consiste à contrôler l’expansion de populations déjà établies dans la nature, voire même, quand c'est possible, à les éliminer totalement. Ces deux approches sont complémentaires mais en règle générale, il est plus efficace d’agir de manière préventive plutôt que gérer des populations répandues dans les milieux naturels. C’est plus facile et nettement moins coûteux !

prevention_gestion_fr_web_450_72dpi

 

La prévention implique une information sur les risques que représentent les plantes invasives et leurs capacités de propagation. Mais les plantes invasives demeurent méconnues en dehors du milieu scientifique. Certaines d’entre-elles sont toujours utilisées et commercialisées sans savoir les impacts environnementaux qu'elles peuvent causer. Il faut donc communiquer et sensibiliser (voir le projet Alterias).

La gestion requiert l'utilisation de techniques adaptées qui diffèrent selon l'espèce concernée et le type de milieu envahi. En Belgique, des recherches sont conduites sur différentes plantes terrestres ou aquatiques. Pour plus d'informations sur la gestion, vous pouvez consulter les sites suivants:
- le site de l'Unité Biodiversité & Paysage, Belgique (voir publications en ligne):
  http://www.gembloux.ulg.ac.be/biodiversite-et-paysage/
- le site du projet Interreg INVEXO, Belgique (gestion de l'hydrocotyle fausse-renoncule et du cerisier tardif):
  http://www.invexo.be
- le site du Canton de Vaud, Suisse:
  http://www.vd.ch/themes/environnement/faune-et-nature/faune-et-flore/flore-et-champignons/plantes-envahissantes/
- le site de la Cellule Espèces Invasives, Belgique:
  http://biodiversite.wallonie.be/fr/plantes-invasives.html?IDC=3519
- le site du Conservatoire Botanique National de Bailleul, France
  http://www.cbnbl.org/spip.php?article331
- le site de la Commission Européenne sur les espèces invasives:
  http://ec.europa.eu/environment/nature/invasivealien/index_en.htm

 

Mieux vaut prévenir que guérir !


Tout le monde peut agir de manière préventive. Les utilisateurs de plantes ornementales sont particulièrement concernés pour les espèces issues de la filière horticole : les horticulteurs, les pépiniéristes, les services publics responsables des espaces verts et des plantations, le secteur privé ou encore les jardiniers amateurs. Certaines mesures préventives sont faciles à appliquer. En voici quelques exemples :

  • s’informer et prendre connaissance de la liste des plantes invasives
  • éviter de les planter (surtout les espèces de la liste noire)
  • choisir de préférence des espèces non invasives (des plantes alternatives)
  • ne pas jeter les déchets verts contenant des plantes invasives dans la nature ou dans les rivières
  • ...

Les codes de conduite sur les plantes invasives

Une solution intéressante consiste à développer des codes de conduite qui préconisent l’adhésion à une ou plusieurs des mesures préventives présentées précédemment. Ces codes doivent être négociés et discutés avec le secteur horticole afin de proposer des mesures adaptées qui conviennent aux multiples utilisateurs de plantes ornementales. Les mesures doivent être faciles à appliquer et peu contraignantes. Les codes de conduite peuvent ensuite être adoptés volontairement par tous les acteurs désireux de faire un geste pour l’environnement.

 

Consultez dès maintenant le Code de conduite sur les plantes invasives en Belgique.

Il est disponible sur ce site Internet.